Débat sur la nature du mouvement des bonnets rouges, Jeudi 12 déc. 20h30

Alors qu’une grande manifestation est annoncée pour le 30 novembre à Carhaix, une soirée d’information et de débat sera organisée sur les bonnets rouges au bar La Charrue, le 12 décembre. BONNETS-ROUGES-530x319Depuis de longues semaines les plans de licenciements se sont succédés en Bretagne, dans l’agroalimentaire, l’industrie ou les télécoms, … Outre les mobilisations des salariés de ces différentes entreprises, s’est développé un mouvement atypique, traversé de contradictions, rassemblant des gens aux intérêts divergeants, le mouvement des « bonnets rouges « . Un mouvement qui interpelle, selon certains il tenterait de lier lutte pour l’emploi et revendication d’un pouvoir politique breton de « Brest à Clisson », pour d’autres il ne serait qu’un rassemblement de patrons et d’agriculteurs pollueurs. Pour débattre de la nature de ce mouvement, de ses contradictions, de ses limites, le site de contre-information Bretagne-info.org vous invite à une réunion en compagnie de protagonistes du mouvement, le Jeudi 12 décembre à partir de 20h30 au bar La Charrue à 20h30.

bretagneinfo

Publicités

Projection du film « Route 60, un itinéraire au-delà des frontières »

Le Mardi 3 décembre à partir de 20h et suite à la présentation de l’expo « Regards sur la Palestine occupée« , un documentaire sera présenté par l’association France-Palestine 35 à La Charrue.

affiche-666Le réalisateur, un Palestinien citoyen d’Israël entreprend un voyage en Cisjordanie à la recherche d’une partie de son identité qui lui a été cachée pendant sa jeunesse. Durant ce voyage intime, le réalisateur va observer des situations absurdes et contradictoires avec sa perception du monde. Quand il absorbe ce nouvel environnement, il va à la rencontre d’une vérité qui l’amènera à poser des questions sur soi et sur la situation de l’homme dans notre monde actuel.

Ce documentaire créatif représente le côté intime de l’expérience de l’auteur en Cisjordanie où il a vécu pendant deux ans. C’est en tant que Palestinien qu’il y es allé. Il a pourtant grandi à 25 km de la frontière avec cette région et n’y était jamais allé auparavant. Bien plus qu’un mur, ce sont des barrières psychologiques qui ont été dressé et de la peur qui lui ont été transmis en tant que citoyen d’Israël.

Ce documentaire a reçu un financement participatif.

Le 7 nov., enquête sur la multinationale Vinci avec Nicolas de la Casinière à La Charrue

Le jeudi 7 novembre à partir de 19h30, Nicolas de la Casinière, journaliste nantais renommé et à la plume affûtée, présentera son dernier ouvrage à La Charrue, « les prédateurs du béton ». Enquête sur une multinationale qui ne cesse, entre Nantes et Chateaubriant, de faire parler d’elle depuis quelques années…

artoff331-c99fd

réé en 2000, Vinci est vite devenu un champion du CAC 40 et l’un des leaders mondiaux du BTP. Autoroutes, parkings, aéroports (dont celui de Notre-Dame-des-Landes), voies ferrées, industrie nucléaire et réseaux d’eaux constituent les marchés de Vinci pour la phase construction et pour l’exploitation. Pour les partenariats public-privé et les grands chantiers, Vinci a constitué avec quelques autres majors une oligarchie très restreinte, surpuissante, imposant son ordre au monde économique et aux collectivités. Vinci incarne le capitalisme moderne avec un discours de façade écolo, une rhétorique bien rodée sur l’humain au cœur de l’entreprise, des œuvres de bienfaisance bien orchestrées. Ce qui n’empêche pas des pratiques de prédateur en profitant des opportunités ouvertes par la crise financière et économique, l’exploitation de la précarité des salariés, les proximités avec le pouvoir et quelques ennuis devant les tribunaux.
na15_3372173_1_px_470_
Nicolas de la Casinière (né en 1954) est journaliste et illustrateur. Il anime le périodique satirique La Lettre à Lulu, et vient de signer, pour les éditions Les Beaux-Jours, Le Guide du promeneur de Nantes (mai 2013). Il a également publié, en 2012, un Guide secret de Nantes et de ses environs (éditions Ouest-France).